fbpx ref:_00D361GSOX._5003x28Fiq2:ref

La fin des passoires thermiques

À partir du 1er janvier 2023, les logements consommant plus de 450 KW par mètre carré de surface habitable par an ne seront plus mis sur le marché locatif sans travaux d’isolation.

En 2019, 3.5 millions de logements ont souffert de précarité énergétique. Par conséquent, selon l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), 18 % des ménages français ont du mal à payer leur facture énergétique en 2020.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, l’Hexagone s’est engagé à réduire la consommation de combustibles fossiles et ses émissions de gaz à effet de serre en mettant en place une transition énergétique. Les principaux objectifs de la France pour 2030 est de diminuer de 40% ses émissions de gaz et de 75% pour 2050.

L’analyse énergétique ou bilan énergétique vous permettra de savoir si votre logement a besoin d’une rénovation globale ou seulement de renforcer l’efficacité énergétique.

Le Diagnostic de Performance Énergétique

En améliorant la performance énergétique du logement, la valeur de vente augmentera. La consommation d’énergie et l’impact de l’immobilier sur l’environnement peuvent être inclus dans l’estimation du prix de vente. 

La classe énergie est basée sur 7 niveaux, des lettres A à G, la meilleure note étant la lettre A qui indique que le logement émet peu de gaz à effet de serre. Les classes C et D sont celles que l’on retrouve le plus souvent dans les logements français. Par ailleurs, les logements à forte intensité énergétique se vendent généralement à des prix inférieurs à ceux des logements avec de bonnes étiquettes sur leur diagnostic de performance énergétique et de gaz à effet de serre.

Le DPE est un diagnostic obligatoire pour la vente d’un logement, il évalue la quantité  d’énergie et de GES (gaz à effet de serre) consommée ou en déperdition. Il doit être effectué par le propriétaire mais les travaux d’efficacité énergétique peuvent être à la charge du futur acheteur et non nécessairement le propriétaire-vendeur.

 À l’aide de travaux de rénovation (isolation des combles, isolation thermique des fenêtres, isolation des murs, installation de chaudières à énergie renouvelable, système de chauffage, équipements de chauffage, etc.), le DPE peut être amélioré.

Performance énergétique du bâtiment

Le programme énergétique des bâtiments a également été adopté afin de renforcer les critères d’économies et de lutter contre les passoires thermiques. La performance énergétique est devenue une obligation pour rénover les bâtiments avec un changement des combles, un ravalement de façade, une réfection de la toiture ou encore une extension de surface. 

D’après l’agence de l’environnement ADEME, le contrat de performance énergétique permet d’optimiser la fiabilité énergétique des immeubles. Ce contrat est réalisé entre des maîtres-d’ouvrage, qui correspondent aux collectivités, bailleurs sociaux, entreprises privées  ou encore  syndics de copropriétés, et un opérateur.

Pour les nouvelles constructions de bâtiments tertiaires, les travaux d’efficacité énergétique sont directement inclus dans le plan de rénovation de l’État. Une analyse thermique doit être effectuée au préalable par un bureau d’études pour évaluer le niveau de performance énergétique du futur bâtiment et s’assurer qu’il respecte bien la réglementation.

Pour ces nouveaux bâtiments, il existe un label de Haute Performance Énergétique qui atteste que la conformité des normes en matière d’efficacité énergétique dépasse le minimum réglementaire. Le but principal du label HPE est de diminuer la consommation énergétique des nouvelles constructions. Ce label a pour avantage de procurer un confort, un respect et préservation de l’environnement et une valorisation du bâtiment.

La lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par l’isolation thermique de la structure et aide à réduire la consommation énergétique des ménages. L’isolation thermique évite certains désagréments comme le phénomène de condensation grâce à une enveloppe autour de la bâtisse qui offre un confort aux occupants en protégeant du froid et en assurant des températures fraîches durant la saison estivale. 

Les solutions qui s’offrent à vous

Les travaux de rénovation peuvent se montrer très salés… Heureusement, l’État encourage la transformation énergétique avec différents types d’aides vous permettant d’améliorer le diagnostic de performance énergétique de votre propriété tout en réalisant des économies d’énergie.

Les ménages aux revenus modestes peuvent également bénéficier d’aides à la rénovation énergétique. 

  • MaPrimRenov’ est une aide du Gouvernement  pour  la rénovation énergétique qui peut vous être attribuée en tant que propriétaire occupant, propriétaire bailleur ou encore si vous faites partie d’un syndicat de copropriété. Vous pouvez réaliser des travaux d’économies sur l’isolation, les radiateurs et la ventilation. Cette prime d’énergie prend en compte votre zone géographique et vos revenus. Il existe 4 catégories de revenus, plus ils sont élevés et moins l’aide est importante. Après avoir réalisé vos travaux, vous enverrez vos factures sur votre espace MaPrimRenov’ pour recevoir votre versement de prime.
  • Le crédit d’impôt transition énergétique prend en compte 30% des travaux de  rénovation thermique dès la première opération , soit entre 8 000 € et 16 000 €. Les démarches pour bénéficier du crédit d’impôt sont les suivantes : effectuer vos travaux avant le 31 décembre de l’année en cours, conserver les justificatifs de paiement et finalement déclarer vos revenus.
  • Un éco-prêt à taux zéro simplifié permet aux propriétaires de réaliser des travaux de rénovation énergétique par le biais d’entreprises étant reconnues garantes de l’environnement (RGE) afin de bénéficier d’un prêt à taux zéro pouvant aller jusqu’à 30 000 euros.
  • Le Fond de garantie pour la rénovation énergétique permet aux banques d’utiliser des garanties pour financer l’amélioration de la performance énergétique des logements lorsqu’elles accordent des prêts aux propriétaires, aux particuliers ou aux associations de copropriétaires.
  • Le tiers financement propose une offre de rénovation contre les logements énergivores incluant le financement des travaux d’économies et un suivi de ces derniers, de manière  que le propriétaire n’a rien à financer car les actions de rénovation futures remboursent progressivement tout ou partie de l’investissement.
  • Les compteurs intelligents d’électricité (Linky) et de gaz (Gazpar) voient leur installation de plus en plus généralisée, de telle façon que les ménages peuvent suivre et mieux contrôler leurs dépenses énergétiques. 

Les logements énergivores signent officiellement leur fin. La transition énergétique étant au cœur du changement climatique, la mise en œuvre de ces solutions vous permettra de baisser considérablement vos factures tout en profitant du confort qu’apporte un logement bien isolé.