fbpx ref:_00D361GSOX._5003x28Fiq2:ref

Les règles pour bien rédiger une offre d’achat

L’appartement ou la maison visité(e) correspond parfaitement à vos attentes. Pas une minute à perdre, vous devez vous positionner sur le bien et pour cela faire une offre d’achat.

Le bien visité vous plaît : le quartier, l’agencement des pièces, la superficie, tout est parfait. Pour éviter qu’il vous file entre les doigts, vous devez impérativement exprimer vos intentions d’achat et cela passe par la rédaction d’une offre d’achat. Cette proposition doit être la plus précise possible. Plan de financement, délais de rétractation, prix proposé, sont autant d’éléments à préciser afin de mettre toutes vos chances de votre côté.

1. Poser les bonnes questions au propriétaire

Avant de faire une proposition d’offre d’achat d’un bien immobilier auprès du propriétaire, vous devez savoir si l’appartement ou la maison rentre bien dans votre budget. Le prix du logement constitue la plus grosse dépense mais d’autres frais annexes doivent également être comptabilisés. Il faut les prévoir afin de ne pas être surpris le moment venu. La taxe foncière, les charges de copropriété et les travaux de rénovation (peinture, salle de bain, cuisine, chauffage par exemple) peuvent se révéler plus importants que ce que vous imaginiez au départ. N’hésitez donc pas à demander des compléments d’informations au propriétaire ou à l’agent  immobilier chargé de la vente. Pensez aussi à demander le diagnostic de performances énergétiques ; ce rapport vous donnera une idée des futures factures de chauffage.

Le propriétaire peut à son tour vous poser une série de questions afin de sélectionner l’acheteur le plus solide financièrement. Votre plan de financement doit par conséquent être réfléchi en amont. Est-ce que vous allez recourir à un prêt immobilier ? Est-ce que vous connaissez le montant que la banque est susceptible de vous prêter ? Est-ce que vous disposez d’un apport personnel ?

Plus votre projet immobilier sera bien ficelé, plus vous serez perçu comme un acquéreur sérieux. 

2. Évaluer le prix du logement

Le prix indiqué dans l’annonce immobilière ne reflète pas toujours la réalité. Le logement peut être sous-évalué ou au contraire sur-évalué. Une inspection minutieuse permet généralement de comprendre le pourquoi des choses. Des rénovations plus ou moins importantes ont pu être effectuées au niveau de l’installation électrique, de la plomberie ou des peintures. L’orientation et l’étage peuvent valoriser ou non le bien. Le secteur et plus précisément l’arrondissement de Paris aura également un impact sur le prix du mètre carré. C’est à ce moment-là que votre chasseur immobilier prend les choses en main. Grâce à son regard aiguisé, et au baromètre Homexpress, il détermine rapidement les points forts et les points faibles du logement afin de déterminer le juste prix.

3. Formuler une offre d’achat par oral ou par écrit ?

Une poignée de main à la fin d’une visite peut sceller un début d’accord, néanmoins rien n’est inscrit dans le marbre et les avis des différentes parties peuvent rapidement changer. Le plus prudent est donc de signifier vos intentions d’acheter le logement par écrit. Ce courrier formel a une valeur juridique et constitue le premier pas vers l’acquisition du bien. Il peut être transmis par mail, papier libre ou par courrier. En cas de réponse positive du propriétaire selon le formalisme de son choix, on considère qu’il y a un accord. L’organisation d’une promesse de vente par l’intermédiaire d’une agence immobilière ou d’un notaire sera l’étape suivante qui vous rapprochera un peu plus de la propriété.

4. Les éléments à intégrer dans l’offre d’achat immobilier

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, vous êtes fin prêt à rédiger une offre d’achat. Un certain nombre de points clés doivent figurer dans votre lettre d’intention, même s’il n’existe aucune obligation légale sur ces mentions. Mais plus votre demande sera complète et précise, plus elle aura de chances d’être acceptée. Parmi les informations que vous pouvez mentionner, on peut citer :

  • L’identité des deux parties prenantes (vendeurs et acquéreurs).
  • La description détaillée du logement : localisation, superficie, nombre de pièces, etc.
  • Le prix d’achat du bien que vous proposez.
  • La durée de la validité de l’offre. Généralement, le vendeur a entre 5 et 10 jours pour répondre à votre demande.
  • Les moyens de financement : un crédit et / ou un apport personnel, un prêt relais.
  • La mise en place ou non d’une condition suspensive sur l’obtention du financement (par exemple).
  • Le montant susceptible d’être remis au notaire au moment de la signature du compromis de vente ou de la promesse de vente.
  • La date d’entrée souhaitée dans le logement.

La rédaction de cette offre d’achat peut s’avérer complexe. Pour vous aider, vous pourrez compter sur votre chasseur d’appart’. Cet expert immobilier n’est pas à sa première lettre, il a l’habitude d’en rédiger et connaît exactement les détails à ne pas négliger.

5. Ne pas oublier d’inclure les clauses suspensives

L’ajout de conditions suspensives est essentiel si jamais vous avez un doute et que vous souhaitez pouvoir annuler votre proposition d’achat. Si votre emprunt venait à être refusé, si le montant des travaux s’avère beaucoup plus élevé que prévu, si vous constatez la présence de servitudes sur le plan d’urbanisme, tous ces motifs pourront être invoqués pour invalider la demande d’achat à condition bien évidemment qu’ils figurent dans l’offre.

L’offre d’achat, une offre définitive ?

Votre proposition d’achat ne vous assure en aucun cas d’obtenir l’appartement convoité. Voici quelques hypothèses envisageables :

  • Le vendeur refuse votre offre. Vous êtes rarement le seul candidat en lice, il est donc libre d’accepter la meilleure offre et non celle qui arrive en premier dans sa boîte aux lettres.
  • Le vendeur n’a simplement pas répondu à votre offre dans les délais que vous lui avez proposés.
  • Le vendeur vous fait parvenir par écrit une contre-proposition. Il s’agit d’un refus de votre offre initiale mais avec une nouvelle proposition de la part du vendeur, donc rien n’est perdu. La phase de négociation débute entre vous et le propriétaire sur différents sujets : le montant de l’indemnisation d’immobilisation, la date de remise des clefs ou la répartition des travaux. Le chasseur immobilier constitue l’interlocuteur idéal car il met sur la table des arguments imparables pour vous aider à payer le logement au bon prix.

Une entente sur la chose et sur le prix entraîne, au sens du Code Civil, une vente parfaite. Mais les choses sont un peu plus compliquées en termes d’immobilier car les enjeux sont importants et il reste beaucoup de choses à vérifier avant de sceller la vente. Donc il est important de signer la promesse de vente (chez le notaire ou en agence) dans les semaines qui suivent avant de la signature de l’acte authentique.